Votez, élisez, éliminez…

Suite du jeu « Confessions d’une accro du shopping », avec comme promis vos confessions de pires shoppings!

Je me suis bien marrée dans l’Eurostar en lisant tous vos mails, encore merci pour votre participation, c’est canon!!
Chaque photo a son numéro qui renvoie à la confession correspondante : logique et pratico-pratique!!
Vous avez jusqu’à dimanche midi pour voter & élire votre confession préférée, c’est pas le maillon faible mais presque….
Il suffit d’envoyer un mail à confessions.le.vote@gmail.com en indiquant bien en objet du mail votre souhait, par exemple si vous préférez la 50*, indiquez sur l’objet « jevote50 ».
C’est clûr?? Merci de respecter cette formulation** & de ne pas ajouter de ponctuation, majuscule ou espace sinon le vote ne sera pas pris en considération, ok??
Bonne lecture & bons votes, dès dimanche aprèm je vous révélerais telle Laurence Brocoli, qui sont les 10 sélectionnées de la semaine…

1/ La lingerie de mamie pas Nova
– le soutif me saucissonnant à mort et me créant pleins de boudins sur mon bidou,charmant et très esthétique quand après la soirée où tu as mis un haut au décolleté plongeant (mais derrière,hein),tu rentres chez toi et tu vois toutes ces marques c’est la loose.En + ,mes nichons prenaient l’air malgré moi.Bref, l’angoisse
– la culotte-panty de chez Mamie,pas Nova,pas sympa qui te donne 20 ans de + quand tu te déshabilles = double loose mais qui te rend super service avec un pantalon blanc..

2/ Escarpins ASOS
Des escarpins ASOS acheté à plus de 50€ (pour une jeunette c’est tout un budget (quoi que tu dois le savoir)) mais dont les talons de 12 cm m’empêchaient de faire plus deux pas et notamment ne me permettaient pas de descendre du bus dignement, je te laisse imaginer la scène …

3/ Des shoes US
Mon pire shopping fut celui que j’effectuais lors d’un séjour a Denver (Colorado), mon amie m’avait emmené dans un centre commercial,je me suis retrouvée dans une super boutique , un charmant vendeur c’est occupé de moi , je ne comprenais rien a ce qu’il  me disait , il me montrait beaucoup de choses , j’essayais beaucoup aussi mais rien ne me plaisait . Mais je n’arrivais pas a le lui faire comprendre pour finalement me retrouver a la caisse avec une paire de chaussures que je n’ai jamais pu porter (hauteur des talons : 15 cm) .C’était en 2002 je vous les montre en photo car je les ai gardés en souvenir de cette journée de shopping mémorable . Allez aux USA,acheter des chaussures que je ne peux pas porter,c’est bête quand même !

4/ La robe ROBERTAAA CAVALLI
Non non ce n’est pas une erreur!! c’est bien l’effet roberta cavalli que me donne cette robe de roberto… Et oui comme chaque année h et m organise une vente et cette année c’est notre cher roberto qui s’y colle…La collection semble sublime les pubs dans le metro nous donnent le frisson, des sueurs, on en reve la nuit bref on ne pense plus qu’à ça parce que justement vous avez repéré LA robe qu’il vous faut…Et viens le jour J. Comme vous êtes très organisé vous appelez votre patron le matin en lui prextextant une intoxication alimentaire ( he bah oui cette robe il vous la faut!!….)
Viens le moment ou s’ouvre les grilles de H et M, votre coeur bat vous filez écrasez largement tout les records de marie josé, vous trouverez vous achetez et vous faites chauffez.. la carte bleu bien sur!
La vous rentrez chez vous; vous essayer la robe et grosse déception…Ce n’est pas à la fille divine de la pub que vous ressemblez mais plus à une cagole blingbling sorti tout droit du pays du mauvais goût…
bah oui je suis pas blonde , mais brune méditéranéenne… pas fine … mais ronde méditéranéenne…et comme le décolté est plus que plongeant mais voir suicidaire…avec mon 95 C sans soutien gorge je ressemble plus a robertaaa   la bonne vielle mama italienne qu’à une sublime plante habillé par notre cher ami roberto…
Au final une robe qui reste dans le placard parce que je l’aime telement trop que j’en suis incapable de m’en séparer… et je crois que la robertaaa au fond de moi pense tjs qu’un jour elle finira à sublimer la blonde de la pub que je ne serai jamais…

5/ The bonnet

Ahlala, ce bonnet!
Et pourtant je l’aime, c’est ça le pire!
Certes je ne le porte jamais, mais impossible de m’en séparer.
Ce bonnet est le dernier vestige de ma période « hippie-cheap » au lycée…

6/ L’écharpe improbable
Voici Un des achats après lequels  on se demande encore : Non mais sérieux j’ai acheté ça après une grosse cuite ?
Pourtant le jour de l’achat, cette echarpe m’avais fait de l’oeil ( je ne sais pas comment vu quelle était mise en désavantage près des cabines…).
Je précise qu’il y en avaient beaucoup de ce modèle… Et oui, personne ne l’avais acheté, personne ne voudrait l’acheté!! C’est le genre d’article qu’on retrouve les derniers jours de soldes.
Le prix? une quarantaine d’euros, plutôt conséquent dans mon budget de lycéenne…
Retour à la maison je la montre fièrement à ma soeur; ça a donné un truc comme  » si tu voulais une écharpe il fallait me le demander et pas en prendre une moche dans un magasin bas de gamme ». Ok … Pourtant j’étais presque sûr du coup
Après deux jours j’ai remarqué qu’elle n’était pas si jolie que ça. (Enfin!)
Bizarrement le ticket de caisse c’était fait la malle et donc impossible de l’échanger.
Bon je pourrais l’utilser lors d’uun match de foot de l’Italie ? Ha non le jaune fait pas partie du drapeau italien …
Le destin  de cette écharpe est donc de rester sagement planquée dans mon dressing et avec son étiquette pour pas oublié l’origine..

7/ The bag
J’ai honte , je venais de me faire larguer c’était il y a deux ans (ça commence bien) . Quand je suis triste comme la plupart des filles je fais du shopping ça me calme . Hors ce jour là rien ne n’allait trop grand , trop moulant , bref le désespoir total . Je me suis alors rabattu sur les sacs j’en cherchais un pour aller avec mes petites ballerines violettes. J’ai cherché , recherché rien pas un seul sac violet… Quand, en entrant chez le chinois je l’ai aperçut,  je l’ai trouvé affreux faut dire ce qu’y est , mais en désespoir de cause je me suis approché de lui , il me paraissait moins vilain et j’ai craqué … Oui je suis faible j’avoue. Achat purement compulsif et surtout débile.
Mention spéciale : je n’aime ni la forme , ni la couleur , et surtout pas cette imitation vernie croco.
Remerciement a mon ours : je n’arrivais pas a me résoudre a faire une photo portée.

8/ LE KIT DE LA FILLE RAISONNABLE
Je ne sais pas réellement ce qui m’est passé par la tête ce jour là, maispour en finir avec les appels masqués de Mme la Banquière, j’ai eu la brillante idée telle Becky ou Marie Paule d’M6  de m’acquérir un tour dernier achat avant de dire adieu à ma CB d’amour, ma carte printemps, ma carte Gal Fa, ma carte bon marché :
LE KIT DE LA FILLE RAISONNABLE ! (si si çà existe, je vous jure Marie Thérèse !) qui se compose ainsi :
– d’une tirelire sobre noire à strass et pas rose du tout (j ai passé l’âge) pour chacun des euros non dépensés
–  un livre pour noter toutes mes dépenses au centime prés (mais que des choses dignes de l’investissement)
–  une pochette dorée pour mettre toutes mes cartes chéries qui m’ont tant rendu de service
–  une pochette noire à coup durs « cache cash »
–   et des bracelets caoutchouteux parce que ça allait bien avec tout le reste spéciale dédicace : « je fais cha
uffer la CB », « je suis accroc au shopping »
Résultat : cela fait 3 mois que ce merveilleux kit est dans un état presque neuf : tirelire à l’état neuf, pas besoin de la casser.. pages vierges et pochette à cartes utilisée pour y glisser mes bonbons spéciale haleine fraiche..
Et ma banquière dans tout ça ?? j en ai changé, en fait c est plus simple que de  faire une cure de se désintoxiquer du shopping !!
(ah si ce petit kit m a couté 65 euros…: le prix …d un petit top en soldes..super, si ça intéresse quelqu un je fournis le mode d emploi)

9/ Le sac de barjavelle
Ma confession pas intime @ me est ce sac SO SEX & THE CITY venu tout droit du temple Patricia field @ NEW-YORK
pour faire ma CARRIE BRADSHAW
1/ il coûte un bras
2/ impossible de sortir avec sans avoir l’air d’une barjavelle….
…mais il est beau à regarder ce qui n’ai pas son but premier

10/ Le legging animalier
Comment j’en suis arrivée là, ben c’est surement la faute de Balmain!
Après avoir mangé du zèbre et du léopard tout l’hiver,et c’est pas fini semble t-il…je n’ai pas fait une overdoze.Ce qui peut être m’aurait sauvé du fashion faux pas.Non, je me suis convertie au culte du moucheté panthère : le slim, la doublure de blazer, et là je trébuche sur ces collants : j’imagine tout de suite la silhouette un peu rock : petit short en jean ,T-shirt rock,et keds noires…
C’était sans réaliser que je n’ai plus 20 ans, que je n’ai pas des jambes de gazelle avec mes 1,65m,et surtout qu’une fois portées ces toutes petites taches noires deviennent énormes sur mes cuisseaux de basquaise!!!
J’ai quand même tenté une sortie dans le vrai monde extérieur, mais une seule je vous rassure, mais une fois que j’ai aperçu mon reflet dans une vitrine je me suis rendue à l’évidence je ne suis pas faite pour la savane!!!!

11/ Des low boots en pied de poule
En ballade à Anvers pour faire du lèche vitrine (heu.. pas celles qui sont habitées par des nanas en ruuuute hein !! Non non pas de ce côté là d’Anvers !!) je vais toujours faire un tour chez SACHA pour les chaussures….
Je venais d’arriver avec mes coupines, et j’ai flashé (oui oui j’ai bien dit flashé !) sur cette paire de boots…
Résultat :
Jamais mises… Jamais sorties de leur boîte !!!
Les motifs sur les chaussures c’est fini pour moi !!
Me suis même posée la question « mes potes sont-elles de vraies potes » ? Elles m’ont quand même dit : « Si si elles sont canons prends-les !! »

12/ Le chemisier boutonné
Un an que j’attendais avec impatience l’ouverture de la boutique COS. Youpi, enfin il est ouvert rue des Rosier (c’était là, en mars).
Je tourne le dos à un après-midi douillet avec mon homme et mon ordi-chéri et je cours Rue des Rosiers. Je sautillais comme une puce dès 7h du mat, j’avais le smile jusqu’à mes cheveux sur tout le trajet et le vertige me guettait à chaque station de métro !
Devant la boutique, une inspiration profonde : ça va saigner (pour ma CB cela va sans dire) !
Première réaction lorsque je rentre dans l’antre de la caverne d’Ali – H&M version haut de gamme – baba : Waouw, que des nénettes pointues et férues de mode ! Vu la caution fashion de toutes ces journalistes mode & beauté et autres accros au shopping, j’étais persuadée d’être au bon endroit et que mes attentes allaient enfin être comblées. Sur ce je fonce, telle une goulue de choco sur Ze tarte au choco de la Maison du choco, sur le premier portant à côté de moi et là… Erreur de casting : tissus pas gégés, couleur plus que bof et même s’il y a des tailles 34-36 en veux-tu en voilà, ma main ne s’arrête sur aucun article !!
Pas grave, je suis méga optimiste, c’est peut-être pas mon style ici mais la boutique est grande. Après tout il en faut pour tous les goûts. Je passe à un autre corner, ok toujours pas ma cup of tea, c’est pas grave… il y a un deuxième étage…
Bad bad bad ! Après 1h30 de errance dans les rayons à me demander « c’est quoi ce mauvais trip ?! », un désastre = 0 essayage et 1 seul achat une chemise à boutonner dans le dos bleue marine (ma couleur obsessionnelle du moment et j’aurais acheter n’importe quoi, juste pour justifier mon déplacement).
Le pire, c’est dix minutes plus tard je me surprenais à faire ma crâneuse devant une nénette qui avait les yeux gros comme des bigorneaux en voyant mon sac COS !
Moralité : Ne plus fantasmer bêtement et attendre fébrile le jour J comme une fan de Patriiiick pourrait attendre son premier rendez-vous blind date Meetic… parce qu’après, c’est garanti, ça retombe comme un soufflé ! (Nota : ceci est valable pour, en vrac, les hommes, les fringues, les shoes et last but not least les sacs)
Ok, c’est pas pour autant que je retournerai pour voir la prochaine collection avec de nouvelles attentes. Suis-je navrante ? Non, « I am what I am » – comme dirait Karen Mulder en plein délire « je suis une chanteuse » – ie. Je suis juste une femme !

13/ La jupe d’ophélaïë

Je m’en souviens comme si c’était hier …..
Lycéenne de 16-17 ans, mon samedi soir devant la Star Ac, c’était la deuxième édition, et ce soir la y avait Ophélaï !!! J’étais trop 
fan !! je ne pense pas avoir été la seule ! ;) Bref elle débarque dans une tenue « pinky pouff » soutif fuchsia à l’air, mini veste en jean, et THE JUPE, taille basse rose à volants avec différentes longueurs,et tout et tout .. Bref là c’est le coup de coeur mode énorme !! je la trouve canon ! Il 
me la fallait, même si bien sur je n’avait pas le même physique que   Ophélie, j’étais sûre de faire un tabac là dedans.
Je pars à la recherche de la fameuse, que je déniche enfin chez LilyRose (petite boutique de pouff. mais je n’avais pas remarqué à l’époque…) et là je supplie ma mère de me l’offrir pour mon anniv. qui approche,elle irait tellement bien avec mes compensées NO NAME ! Après quelques 
réticences (on se demande pourquoi) ma mère accepte.
Mais le pire reste encore le prix :  400 Francs !!! A l’époque et pour moi c’était énorme, le cadeau le plus cher que j’avais eu, et oui belle jeunesse, je connaissait pas encore luxe et volupté.
Enfin voilà, depuis je stock cette jupe, dans l’espoir qu’un jour une tendance la ramène à la mode, même si j’en doute fort.
Au pire elle me servira de déguisement fée ou autre …
ATTENTION ENORME BONUS !!!
La video du cours passage d’Ophélie Winter à la Star Ac, AVEC MA JUPE que j’ai retrouvé, c’est incroyable, merci youtube ! faites vous plaisir :D
http://www.youtube.com/watch?v=V_ZICGq1vhc&hl=fr

14/ Le pull de lumière
Once up on a time une jeune fille en route pour une aprés midi shopping dans les rues de Tours, à l’approche de Noël, cherchant sa tenue pour le jour-J (noël si vous suivez). Après plusieurs boutiques infructueuses, elle se dirige d’un pas léger vers Promod, qui l’appelle avec sa douce voix ensorceleuse. Après divers essayages, et surement étourdie par le chant envouteur qui l’avait amenée jusqu’ici, ainsi que la chaleur, la folie de Noël, l’énervement des gens autour, l’élection de Miss France et j’en passe, le drame se produisit. Elle ressortit toute contente avec un ‘magnifique’ (je pèse mes mots) pull, à col genre bateau (trés à la mode à cette époque révolue) d’une couleur mélangeant la framboise écrasée et la brique ensanglantée. Le must se trouve quand même dans la parfaite répartition, sur toute la surface dudit pull, de jolies paillettes qui mettent joyeusement en fête ! Je vous laisse
constater l’empleur de la chose (en esperant que vous profitiez de la beauté de la paillette) !

15/ Une laisse sans toutou
Moi j’adore le leopard!
Pour certaine persone c’est vulgaire, mais pour moi c’est super chic!
Enfin bref, là je m’écarte un peu du sujet enfin presque…
Donc comme je vous le disais, j’adore l’imprimé léopard et biensur le shopping!
Un jour en pleine virée shopping, moi et ma meilleure amie entrons dans un shop destiné aux animaux. Je resorti de là avec une laisse en imprimé léopard destiné à mon chien que je n’ai pas!
& Oui, tellement folle du shopping et du leopard que j’ai acheté un laisse, alors que je n’ai pas de chien! =(
Mais elle été tellement mignone et puis si ca tombe j’aurai un chien un jour, ou au pire je peux m’en faire une ceinture non?

16/ Les crèmes minceur
quelle fille n’a jamais rêvé d’être mince et belle pour aller se dandiner sur la plage l’été?? on ferait n’importe quoi pour faire disparaitre notre cellulite rebelle, nos quelques kilos superflus. alors après moulte tentatives de sport (ben oui car une accro d’une shopping n’est pas forcément une accro du sport!) on jette notre dévolu sur……les crèmes miracles! alors si ça c’est pas des sous fichus en l’air!! 33% de peau d’orange en moins en 2 semaines, ça fait rêver non? pour ma part si 5 à 10% est partie en 1an d’essai en tout genre c’est déjà bien! Pourtant à chaque fois on se dit « aller on va essayer encore celle là, peut être que! » mais non toujours sans résultat miracle! et là sur la photo il n’y a que quelques exemples car beaucoup de pots sont finis et sont à la poubelle!! donc là à peu près 150€ que sur la photo et mes petits défauts rebelles sont toujours autant rebelles

17/ La jupe de la honte
J’ai acheté cette horreur dans une petite boutique corse l’été dernier… En fait, mon ex , Alex, venait d’entrer dans la boutique et, pour ne pas tomber nez à nez avec lui je me suis précipitée à la caisse en prenant un article au hazard… grossière erreur! Je n’ai pas croisé mon ex mais ma carte bleue a maigri de 185 euros… Alors je vous en prie si un jour vous croisez votre ex ds une boutique, allez vous cacher dans les cabines d’essayage!

18/ The pink dress

Alors, mon anecdote façon « la plus vieille erreur de shopping encore en vie » ben oui : 11 ans, qu’elle a.
11 ans et encore avec l’étiquette d’origine.
C’était donc un été de 98, où non seulement j’ai acheté une robe à motif jeu de flipper (mais que j’ai mise celle là, oh oui), mais dans la série « je ne crains rien ni personne et encore moins les couleurs qui pètent » j’ai également craqué pour une robe « CRW couture » (ça existe encore ça ?)… longue et ENTIEREMENT fuschia.
Tellement longue d’ailleurs qui me fallait 20 cm d’ourlet, ourlet que je n’ai bien évidemment jamais fait. S’en suivent cartons, déménagements divers et variés, stockage et retrouvage de la robe dûment étiquetée l’an dernier.
L’an dernier qui dit et dicte « robe longue », « couleurs flashy », « retour des eighties ». Pas forcément tout en même temps on est d’accord. Enfin rétrospectivement. Parce que d’un déclic je l’ai ressortie celle là et l’ai rependue dans mon placard.
Où elle trône toujours. Etiquetée. On a eu chaud.
Des fois je ne doute de rien….

19/ Le short de boxe
Il s’agit d’un « short de boxe » féminin, nullement sexy…
Non, non, je ne l’ai pas acheté chez Decathlon, mais chez Bershka, rayon fille…
Ce jour là j’étais avec un ami, quand je regardais cet article qui m’a tapé dans l’oeil aux premiers abords (y’a des strass sur la droite ) et il m’a dit « wahou trop bien, c’est original, tu pourras le mettre si on va dans une soirée R’n’B en boite !! »
Son enthousiasme m’a poussé à l’acheter… Mais je ne l’ai jamais porté, sauf pour ce concours peut être !!

20/ Les chaussettes pas rouges & jaunes….

C’est l’histoire de mes chaussettes… Pas les rouges et jaunes à p’tits poids de dorothée… PIRE ! MES chaussettes bleu et blanches à rayures !
Ceux sont elles l’objet du délit d’un fatal shopping!
Cet achat date de pas mal de temps déjà… Ma CB a donc eu le temps de digérer cet achat débile mais qui m’a coûté un bras (une jambe?)
Je les avais repérées en photo dans un magazine, et IL ME LES FALLAIT ! Je suis donc allée dans la boutique CD (pour ne pas citer de marque) avenue Montaigne…  car CD j’adooooore…
Résultat: je suis rentrée à la maison super contente de mon shopping, mais au fil des jours, des semaines, des mois, il a fallu que je me rende à l’évidence: ces chaussettes sont juste INMETTABLES !
Elles auraient sûrement été parfaites pour une soirée déguisée style manga girl, oui elles auraient vraiment été parfaites pour ça en fait!
Alors histoire qu’elles ne restent pas au fond de mon tiroir, je leur fais prendre l’air pour qu’elles tiennent bien chaud à mes petits petons lors des froides soirées d’hiver… Et c’est bien là leur seule utilité!
Bref, merci à la mode, qui nous fait parfois (souvent… trop souvent?) faire des conneries!

21/ La chapka odorante
J’entends déjà la concurrence suspicieuse dire « ELLE EST Où L’ERREUR ?! » Alors, oui je reconnais,elle me va plutôt bien! J’étais d’ailleurs très fière de ma trouvaille l’été dernier dans une petite friperie pas connue de Londres !
Eh eh,les photos n’ont pas d’odeur : « good for you »!
Négocier une chapka par 30 degrés à l’ombre, c’était déjà pas le truc le plus intelligent de ma vie et je crois que sur le coup, mes sinus étaient restés chez topshop (climatisé) ! J’ai en effet mis un ptit moment avant de me rendre compte que cette petite merveille en cuir et fourrure si douce sentait très fort le renfermé et je ne sais quoi d’autres (je veux pas savoir, je veux pas savoir !)…Anyway… Après avoir contaminé toute ma valise, (et tuer un berger allemand à la douane), je l’ai condamné dans un sac plastique en me disant avec beaucoup d’optimisme que dès que l’hiver pointerait le bout de son nez, elle irait illico se faire une beauté au pressing…et la voilà l’erreur mesdames ==>AUCUN pressing n’a accepter de s’occuper de ma chapka , ou alors à un prix indécent, résultat, je n’ai jamais pu la porter!
PS : promis j’me suis lavée les cheveux après la photo ;)



22/ Les guêtres roses
Tout a commencé avec une amourette pour nos chères petites nippones, tu vois le genre petite jupette, portable tout décoré, faux ongles etc… Et bien sûr les fameuses loose sock, ou guêtres (pour la faire à la française !). Et tu sais tout comme moi que, des loose socks, ça peut (je dis bien ça peut) être sacrément tendance. Et quand on est comme moi, c’est à dire dès que quelque chose nous obsède, on met tout en scène pour l’obtenir, on est alors le plus sujet aux achats convulsifs !
C’est alors que, je rentre chez Naf naf.
Et là je les vois : des guêtres !!! Mon excitation ét
ait à son comble !!!
Bon ok, pas en laine comme je les avaient imaginées, mais surtout et c’est là le hic … elles étaient fushia –‘ (non ne rigole pas) … Et c’est alors que je me suis dit : ma fois, pourquoi pas ? Rose, ça peut être original non ?
Et moi, comme une bonne acheteuse, je me suis précipitée sur ce que je pensais être la prochaine star de mon placard !!
C’est alors une fois arrivée à la maison, l’excitation de ma trouvaille redescendue, et étant sujette à mes nombreuses hésitations, je me suis alors rendue compte de l’énorme bourde que je venais de commettre … Déjà des guêtres c’est super has been, alors des guêtres roses c’est carément inmettables … Et ayant trop honte pour essayer de les vendre sur ebay, jamais ces petites coquines n’avaient quitté mon placard.

23/ Un top pas top
ATTENTION ! Âmes sensiblo-shoppeuses s’abstenir !!!
On croit que cela ne nous arrivera jamais, pas à nous, oh grande fashion addict, à l’affut des tendances. Mais voilà, ce jour arrive. New York, été 2007, des prix alléchants, des fringues partout, ambiance sex and the city et forcément frénésie de la shoppeuse qui achète sans compter et sans…regarder. On commet alors l’irréparable, THE faux pas. Au retour, double atterrissage : retour en France et retour à la réalité fringuesque. Horreur. On enfouit cet espèce de t-shirt (qu’on pourrait prendre pour un pijama) rose (alors qu’on sait pertinemment que le rose ne nous va pas) au fin fond de son placard en se promettant de ne jamais le ressortir. Mais voilà que notre bloggueuse préférée en a décidé autrement. Alors aujourd’hui, pour vous, et rien que pour vous, en totale exclu, je me confesse…et ça fait mal aux fesses.

24/ Le cabas
Je voulais un cabas comme dans les magasines mais la grosse faute de gout car le motif est jolie mais la forme on diré un sac pour faire son marché.

25/ Les bottes rock’n’roll
Il y a quelques années et avec un peu recul, j’ai vécu la pire journée shoppinesque. Après une semaine de m…. (enfin difficile) et une réflexion existentielle intense, j’arrive au bilan que  »et bien rien », ma vie est un néant. Donc, pour me remonter le moral, rien de mieux qu’une journée shopaholic, me dis-je. Enfin, j’aurai du mieux aller au Louvre… Direction Saint-Germain-des-Près, pour une journée shopping qui restera dans les annales de l’inutilité. Je passe innocemment devant une boutique et mon sang ne fait qu’un tour a la vue d’une paire de bottes beige clair, rock’n’roll avec ses clous au talon. J’entre et questionne la vendeuse, occupée avec une Dame du quartier, qui me répond avec son air condescendant : 150 euros et elles sont soldées a 50%. Waouh, c’est la dernière paire, j’essaie le pied droit, un peu serre mais le cuir se détend n’est-ce-pas ? (j’aurai mieux fait d’essayer le pied gauche en l’occurrence le pied fort). Je brandis mon chéquier, (mais oui, elle se prend pour qui celle-là) et me sens remonter dans son estime. Gonflée dans mon orgueil et prise d’une frénésie dépensière, je poursuis mon chemin rue du Four ou je deviens  » l’heureuse » propriétaire d’une paire de chaussures noires, une ceinture Abaco et d’un top Aridza Bross.
Bilan de la journée a 20 heures, un moral en voltige mais le salaire dûment gagné pendant les fêtes a emballer des paquets cadeaux…évaporé.
Bilan de la journée 1 semaine après, le sentiment d’avoir fait une grosse boulette.  Achats chers et inutiles, mais surtout les fameuses bottes, soit-disant rock’n’roll, me squeezent le pied. J’ai du les porter genre allez deux fois, depuis elles dorment dans mon placard.
A l’issue de cette journée, j’en suis arrivée a une dernière conclusion :
1. Tu n’essaieras point d’impressionner la vendeuse
2. Tu n’achèteras point quand tu es déprimée
3. Tu essaieras toujours le pied fort
4. Tu achèteras, si tu hésites, toujours la pointure au-dessus (les semelles sont faites aussi pour ça)
Bon, je vous rassure je n’ai jamais pris en compte ces enseignements dans mes futurs achats

26/ Le couir à franges
une virée Shopping à Quebec city qui vire…
… à la faute ultime pour mon dressing et ma panoplie de parfaite shoppeuse.
En voyage entre cops chez nos voisins du Grand Nord pendant 3 semaines, voila que ma fièvre acheteuse me reprend à peine quelques jours passés sur les routes Canadiennes. Vite, il me faut une ville, des boutiques, que ma carte visa se réchauffe dans une machine à CB ,… il y a urgence les filles!!!
Après avoir saoulé mes copines (non-shopping addict les garces!) et jeté un coup d’oeil sur la carte: direction Quebec city (une sorte de disneyland plein de neige avec des gens adorables mais qui parlent avec un accent bizarre, très bizarre…).
Aaaaaaaaahhhhh l’odeur de la ville, de ses magasins,… j’abandonne les cops qui vont au musée voir une expo d’art Québecois (yes! j’échappe à la corvée de me farcire toute l’histoire du Québec de A à Z). Mais là gros souci, mise à part des boutiques de doudounnes et de boots en fourrures qui datent du XIXe siècle, il n’y a vraiment rien à se mettre sous la dent à Quebec city!! Gggggrrrrrr fait froid, je suis en manque, allez, un vin chaud et je m’y remets.
Même pas le temps d’entrer dans un bar que je tombe sur ZE boutique vintage/cuir pour les bikers de Quebec city…….ouh la la je sens ma fièvre me reprendre, du cuir, yes, du vintage, re yes yes yes yeeeeeeeeeeeeeessssssssssss!
Sauf que n’ayant pas fait Quebecois 3ème langue, je me suis laissée amadouer comme une débutante par le vendeur (c’est que je n’ai pas bien compris tout ce qu’il me racontait le bougre; à en croire ces dires j’étais Jane Fonda dans Barbarella!!).
Bref, j’avais la sensation d’avoir trouvé la perle rare: un blouson en cuir à franges de rockeuse pour être une vraie rebelle et au top de l’avant-gardisme en rentrant à Paris pour me la péter!
Tu parles Charles! je n’ai jamais porté mon « sublime » blouson, l’idée mortelle de me la péter à Paris est tombée aussi vite qu’un soufflet quand je me suis regardée dans la glace de l’hôtel avec en fond sonore le rire des copines…
Tabarnac, j’avais commis la faute de goût, version québecoise!!
des gros becs
Agathe la « globe-shoppeuse »

27/ Les chaussettes à picot
J’adore cette nouvelle tendance le « home wear » enfin on peut allier la Fashion au confort… Qui dit “nouvelle tendance que j’adore” dit “shopping frénétique:  .. Le petit survêt bien coupé , le tee shirt loose, le sweat à capuche et …. les chaussettes antidérapantes.. J’me voyais déjà lové dans les bras de mon amoureux par une longue soirée d’hiver, un bol de soupe à la main devant une comédie romantique SAUF QUE quand mon amoureux m’a vu avec mes chaussettes à picot, j’ai décelé une lueur d’effroi dans son regard , genre  » Bas les masques: en fait c’est une mémère: je suis foutu! » Inutile d’argumenter , il n’a rien voulu entendre, c’était les chaussettes ou lui …
ET DIRE QUE J’AVAIS HÉSITÉ À LUI EN PRENDRE UNE PAIRE…

28/ Le sac de Davy Crockett
Ah la période du western !… et comme toutes les fashionistas je n’y est pas coupée…
Un jour d’été je me suis rendue – carte bleue à la main tremblante – dans une boutique « hype »* et j’ai flashé sur un sac de folie !… classe, marron, puce doré et… et…avec une certaine particularité… je vous le donne dans le mille ! Une queue de Castor… et oui j’ai osé ! sauf qu’a l’époque c’était la classe et j’arborai avec fierté mon sac et sa queue qui pend dans le métro !
Sauf que ce sac m’a valu un surnom qui me colle encore à la peau… DAVY CROCKETT!!!
* rien à moins de 250 euros…
Signé Davy alias Alix

29/ Le ballon kube
Une fois je me suis retrouvée dans un magasin ultra branchouille (genre une version nantaise de Colette !), et je voulais absolument en ressortir avec quelquechose ! Sauf que j’arrivais à me convaincre à chaque article que je n’en avais pas besoin (oui j’y arrive !),  je trouvais que même les articles soldés étaient trop chers pour ce que c’était. Mais en voulant sortir du magasin, mon œil a été totalement captivé par une chose ronde et méga colorée, avec des superbes couleurs funky disco ! Mon esprit funky- shopaholic s’est totalement réveillé ! Mais sur quoi avais-je donc flashé ? Eh bien moi  qui déteste les sports d’équipes je ressors du magasin avec un ballon de foot de la marque « kube », violet avec pleins de motifs très disco (à 39 euros quand même !) ! Le pire, c’est que je le garde dans mon placard car impossible de l’exposer où que ce soit (en plus ça fait décalé par rapport à la déco de chez moi !)… Voilà mon shopping le moins rationnel je crois

30/ La veste de mamie
J’étais partie en quête d’une veste blazer. Je ne savais pas trop où chercher mais j’avais plus ou moins une idée précise de ce à quoi elle devait ressembler. J’ai d’abord tenté les magasins « vintage », crise oblige. Je n’ai rien trouvé. En passant devant une petite boutique dans le 9è, je m’arrête devant la vitrine. La boutique ne paye pas de mine et les vêtements ont l’air essentiellement destinés à des gens du 3ème âge (si ce n’est le 4ème…). Je décide tout de même d’entrer dans la boutique et regarde un peu autour de moi. Sur un des cintres, je vois une veste de costume pour homme. Sur le coup (et surtout à la vue du prix: 18€), je me dis « Super, je vais pouvoir en faire quelque chose! » C’est que j’aime bien customiser mes habits, et j’imaginais déjà toutes les modifications que je pourrais apporter à ce vêtement. Juste le temps de rentrer chez moi et de sortir la veste de son sac, mon frère passe à et me dit:
« T’as acheté ça pour quelqu’un? »
« Bah non, c’est pour moi »
« Tu t’es mise au look mémé?! »
Sympa… Pas découragée, j’essaie d’abord d’attaquer les épaulettes… que je ne peux pas enlever sans déchirer le tissu de la veste. OK. Je me dis qu’en retroussant et en accessoirisant comme il faut ça passera. Je l’essaie sur une multitude de hauts, chemises, robes et rien. Tout ce que j’aime semble super moche dès que je passe cette veste sur mes épaules.
Et en me regardant dans le miroir, je trouve ça encore pire. Les carreaux me donnent mal aux yeux, la veste est trop grande et je n’arrive pas à la cintrer (même en passant par dessus une grosse ceinture) et enfin j’ai un bon look « année 80 » à cause des épaulettes que je n’arrive pas à enlever…
Le comble? C’est quand je me suis aperçue que mon père (69 ans mais toutes ses dents) avait presque la même veste, le pantalon accordé en plus… »

31/ La jupe longue
l’achat inutile et impossible a porter par excellence… Ou alors, avec une chemise en haut!! lol
tellement improbable que je n’ai jamais trouve a la porter, elle a toujours l’etiquette etc!
j’ai honte….

32/ La combinaison synthétique
Mon pire shopping, c’est probablement cette combinaison.
L’été dernier, alors que commencent les soldes, je me dis « la combi c’est LE truc à avoir cet été, il faut que j’en achète une! ». Totally fashion-forward je me sentais.
Je me retrouve chez H&M, les bras pleins d’articles à 2 euros, quand je tombe sur une combi en synthétique, boutons arrachés, deux tailles au-dessus de la mienne et visiblement ressortie chaque année en période de soldes depuis 2001. Je me dis « allez, Nadia, fonce, c’est l’occase de ta vie! Tu recouds des boutons, tu réajustes le buste à ta taille (ha ha ha, mais bien sûr) et hop! tu as la combi que personne d’autre n’aura! » Trop mode la meuf. Ouais, sauf que cette combi je l’ai mise une fois, pour déménager, avec des pin’s à la place des boutons (sur le coup j’étais très fière de moi aussi, mais ça c’est une autre histoire)…elle gratte, elle moule, elle s’ouvre, et franchement, même si le prix était intéressant, je me demande encore ce qui m’a pris!

33/ Les tiags vertes

la base, il faut savoir que je suis une fille, vestimentairement parlant, assez « simple », c’est souvent du basique noir, blanc, bleu marine… Mais un jour, au détour d’une petite friperie, je ne sais si c’est le prix qui m’a fait craquer ou bien une soudaine envie d’excentricité, mais le fait est que j’ai complètement flasher sur des santiags. Jusque là, ça n’est pas forcement grave, sauf que les santiags en question sont vertes,d’un vert très très vert (waou, super description n’est ce pas?). Je pense que l’erreur est flagrante en voyant les photos. Alors, elles sont en cuir, super qualité mais difficile d’accorder ca avec mes tenues quotidiennes. Résultat: elles restent sagement dans un coin de mon mini appartement d’étudiante qui s’en serait bien passé!

34/ Le slim rose fluo
c’était un des premiers jour de beau temps, chaud, hot et tutti quanti … bref, la vie était toute rose… et évidemment je ne portais que du noir… et là!!… le choc!!!je rentre dans un magasin, dont je terrai le nom (shame on me!), ou les rayons étaient remplis de tout plein de couleurs! et là, oeuf corse, je me choisis toute pinpente et fière de ma trouvaille un super jean, rose, non pas bonbon (passe encore), ni rose cendré (tolérable), mais rose FLUOOOOOOOOOO! Bon j’ai au moins l’excuse d’avoir lu 2 jours avant que ça allait être la mode, mais j’ai quand même mis du temps à réaliser mon erreur. Je n’ai jamais osé sortir avec, et même lors du second essayage (après celui in da shop) pour lequel le jardinage était de rigueur, j’ai été contrainte de me changer, le chien semblait avoir la migraine!!!

35/ Le soutif à sequins
Le truc dont j’ai le plus honte, et bien c’est un soutien-gorge!
Les achats compulsifs, c’est ma spécialité!Telle Becky Bloomwood, la moindre occasion est la bonne: pour me féliciter, m’encourager et sans oublier quand quelque chose ne va pas (ce qui, je l’avoue est assez fréquent…!). Toutefois, même si je regrette beaucoup d’achats, surtout concernant les vêtements, je trouve toujours le moyen de les recycler, soit en en faisant chiffons, des pyjamas et autres trucs pour rester at home; soit en les offrant pour passer pour la fille trop sympa (héhéhé!!)! Mais pour cet achat là, rien à faire, je ne peux rien en faire! D’abord les bretelles sont transparentes et en plastique (top classe), et ont jaunî tout de suite (top beurk); mais en plus il me donne des alergies (top bien placées) et pas moyen de le mettre sous quoique ce soit, sous peine de donner l’impression d’avoir des cloques géantes sur les seins (top repoussant)!

36/ Les shoes trop grandes
Il y a quelques années (bon, ok, c’était plutôt il y a quelques mois, donc pas suffisamment pour que je mettre ça sur le compte de l’âge), j’ai littéralement flashé sur une paire de magnifiiiiiiques sandalettes dorées à strass sur un de mes sites internet fétiche.
Jusqu’ici, me direz-vous, tout va bien et vous trouvez que j’ai plutôt bon goût en matière de souliers… mais mon histoire ne s’arrête pas là!
Comble du désespoir, ces splendeurs ne sont plus disponibles dans ma taille (ce qui prouve donc vraiment que j’ai très bon goût), et la plus petite taille dispo était un 38… or, je chausse du…36!!
En même temps, me dis-je, convaincue de mon bon sens, mes pieds ont tendance à gonfler un peu l’été, et puis, au moins je ne serai pas serrée dedans, et puis il existe aussi des semelles en silicone transparentes…
Bref, ces chaussures étaient trop belles, et comme elles n’étaient quasiment plus disponibles, il me les fal
lait d’autant plus!
Après ce petit temps de réflexion, et désormais plus sure de moi que jamais, je clique sur le fatidique bouton « acheter ».
Et là, HORREUR!!!!! « Vous avez dépassé la durée de validité de votre panier »! NOOOON!!! Je m’empresse de cliquer à nouveau sur mes nouvelles meilleures amies, qui ne sont maintenant plus disponibles qu’en 38,5!!!
Bon, une demi-pointure, c’est rien!
Oubliant que ce n’était pas une question de demi-pointure mais de 2 pointures et demi, je me rue sur mon clavier pour être sure de ne pas dépasser le délai!
Ca y est!!! Cette fois-ci, elles sont à moi!!!
Je trépigne d’impatience en attendant ma livraison! Quand je les reçois (enfin), je suis comblée, elles sont exactement comme je les imaginais! Alors que je suis en train de me représenter mentalement tous les ensembles que je vais pouvoir faire, je les passe à mes pieds…. Et là…. (Evidemment), c’est terrible!! Elles sont (beaucoup) trop grandes pour moi (sans blague?!)!!!! Il aurait fallu que mes pieds aient quintuplé de volume (et donc qu’il fasse vraiment trèèèès chaud), ou que j’achète des semelles en silicone à un fabricant grossiste!!
Cependant, elles sont si belles que je ne peux me résigner à les renvoyer…
Donc, voilà, je les ai gardées, en me disant que j’allais les utiliser comme décoration dans mon appart, à défaut de décorer mes pieds…
Je vous ai dit combien cet objet d’art décoratif m’a couté?!!
Peut-être dans une autre confession…..!

37/ La blouse qui gratte

j’étais au plein chinatown à New York et les chinoiseries m’ont … monté à la tête.
C’était trop, cette ambiance, ces couleurs, ces soies … J’ai désespérément cherché un truc à ramener … Bingo, ce déshabillé apparait ! Parfait, noir, juste assez court pour dévoiler mes jambes …
Ni une ni deux, je me dis que ce sera parfait pour sortir habillée la nuit ds la colloc où j’habitais à l’époque.
C’était sans compter mon mec qui le trouve et me dit « Pouah ! ce truc horrible, c’est ta mère encore qui te refile ses vieilleries ? »
J’ai bien envisagé de me défendre mais bon, en même temps il gratte vraiment le dos ce fichu dragon.
Depuis, il est acccroché ds notre chambre, en cas d’extrême urgence seulement…

38/ Les Shoes Zara
L’ètè dernier je cherchais desespèrèment une paire de compensèes pouvant aller avec une petite robe marron, j’ai fini par trouvè mon bonheur chez zara, j’etais si contente de ma trouvaille que je les ai portées le soir meme pour ma « date », j’ai souffert toute la soirèe (en silence) c’est bien parce qu’il etait craquant, meme durant notre longue balade le long des quais je n’ai rien osé dire…
En rentrant chez moi j’avais le pied droit dans un tel etat que j’ai decidè le lendemain de les mettre en vente sur ebay, c’est au moment de la mise en ligne de la photo que je me suis rendue compte que j’avais deux pointures diffèrentes un 39 et un 40, faisant un 40 je ne pouvais les supporter plus longtemps.
Il s’est avéré que vu l’etat de mon pied droit j’ai du porter des tongues durant une semaine…se fut un supplice pour moi l’adépte des talons ;)
Depuis un ans ces superbes sandales dorment dans mon placard…

39/ Les Reebok jaunes flashouille
Mon pire shopping – des baskets Reebok Aerobics « Action Yellow » ou plutôt jaune poussin comme tu peux le voir sur la photo..Marre d’acheter toujours des vêtements noirs je me décide à acheter quelque chose de coloré, de flashy! Tiens des Reebok montantes jaunes! Le jaune c’est flashy et puis c’est bien pour l’été! Oui, sauf qu’elles sont inmettables que ça soit en été ou en hiver! Les seules fois où j’ai pu les mettre c’était pour des soirée à thème fluo et 90’s..2 fois c’est déja pas mal, non?

40/ Le chemisier créateur
Il n’y a pas si longtemps j’étais avec un homme qui avait des goûts très prononcés pour les couleurs vives,très vives je dois dire, il était très…généreux et m’offrait pleins de choses colorées,très très colorées comme le chemisier mit en pièce jointe.Il m’a offert ce vêtement pendant un séjour à Paris,bien sûr je n’avais pas osé dire non et pour tout dire j’avais plutôt bien aimé ce petit chemisier qu’il m’avait acheté dans le marais dans une boutique de créateur.Mais avec le temps je me suis dis que cette pièce de ma garde-robe était vraiment …comment dire…immonde et importable?Oui c’est bien ça.Heureusement pour moi je ne l’ai jamais porté,ouf! Mais le pire de tout c’est qu’il y a une semaine environ,je faisais mon marché quand tout d’un coup à un stand de vêtements j’ai vu le même chemisier,tout pareil avec le même bleu fluo,les mêmes espèces de frous frous immondes noir/blanc/bleu aux manches,le col immonde en tulle le tissu qui gratte bien à même la peau!Tout pareil…enfin…sauf le prix qui avait bien diminué et plus de la moitié!
Ps:quand vous ouvrirez les pièces jointes,éloignez les enfants de l’écran car ces images peuvent choquer.Et pour votre propre santé,je vous recommande de ne pas fixer les photos plus de 2 secondes sous peine de migraine,et dernier conseil…mettez des lunettes des soleils,c’est une sécurité en plus.

41/ 690€ chez h&m
ma plus grosse faiblesse de shopping s’est déroulée le 08 novembre 2007.
J’ai toujours acheté quelques produits à chaque lancement de créateurs chez H&M.
Mais cette fois-ci, c’est Roberto Cavalli qui est annoncé. THE créateur qui rend les femmes si belles.
Je suis donc au rendez vous, à 9h, boulevard Haussmann…
En quelques minutes, juste le temps d’attraper tout ce qui me plaisait en taille 36, et me voici en train de faire la queue à la caisse !
Arrivée à mon tour, la vendeuse passe les articles et au moment d’annoncer le prix, je l’arrête : je ne veux pas savoir !
Elle m’emballe mes robes soigneusement dans des boites spéciales, « édition limitée Red Carpet Cavalli for H&M » : WAOUH ! (je frémis là)
Je paie en fermant les yeux et attrape tous mes sacs, et saute hors du magasin avant de revenir en arrière.
Et là je suis tellement fière d’avoir eu ces si belles et exclusives pièces…
Dans le métro, accrochée à mes sacs et sous les yeux ébahis des gens qui m’entourent, j’ai enfin le courage de regarder le montant de mon ticket de caisse…
Je viens de faire chauffer ma CB, c’est incontestable !
Oups… 690€ en moins d’une demi heure !
Mais… résultat du craquage :
– la fameuse robe dorée à paillettes
– la robe longue imprimé léopard
– la robe courte imprimé zèbre
– le trench noir sublissime avec ces coutures dorées, ses empiècements de cuir et de léopard
– le jean denim aux coutures dorées

42/ Les shoes DONNA KARAN

Moi Clémentine, 23 ans, étudiante, et accroc aux chaussures et plus généralement au shopping. Mais qu’est-ce qui me fait rêver dans les chaussures ? L’odeur enfin pas celle des pieds mais celle du neuf, les boites que j’aime voir s’entasser sous mon lit, encore mieux les dustbag et le papier de soie siglé souvent signe de luxe. Ma situation ne me permet pas de m’acheter de telles chaussures, alors je fouine, je cours les magasins de dégriffés, les magasins d’usine ou je flane sur les sites d’enchères. Des chaussures ça j’en ai, je ne risque pas de me balader pieds-nus, quoi que sur une plage déserte il n’y a pas de problème. Mais bon une fois achetées, ces chaussures restent bien souvent rangées dans leur boîte sans être mises, alors je les admire et je les essaie pour faire un petit défilé devant mon miroir. Souvent, je me dis «  mais pourquoi as-tu  acheté ça ? » Et le « ça » leur va très bien ! Mais la perle des achats compulsifs, et vraiment pas réussi est détenu par une paire de chaussures compensées DONNA KARAN
(DKNY). Cette marque je l’ai découverte à travers les livres de Sophie Kinsella. Sûrement n’a-t-elle pas trouvé l’inspiration dans ces chaussures. Chaussures, je ne sais même pas si le mot est juste, il s’agit d’un mélange qui tient de l’espadrille, des compensées et de CONVERSE. Oui, oui je vous assure c’est possible et j’en suis l’heureuse propriétaire. D’ailleurs, dans le nom du modèle de la chaussure, il y a le mot « sport », je pense que leur styliste ne doit pas faire souvent de sport à moins que le shopping en soit un, et là j’exige d’être sélectionnée dans l’équipe de France. Non mais vraiment le mot « sport » n’est pas du tout adapté à des chaussures compensées de 10 cm. Encore 10 cm, vous me dites c’est possible de courir les magasins, mais en plus elles me blessent
horriblement le derrière des pieds. Ces chaussures je les ai achetées dans un magasin de dégriffés. Enfin magasin de dégriffés si l’on veut, il s’agit également d’un magasin de surplus militaire. Et oui, étrange magasin, mais je le connais depuis toujours, alors j’y passe de temps en temps et j’ai à chaque fois de bonnes surprises : des robes Maje, des chemises Ralph Lauren, de la lingerie Lise Charmel, et j’en passe. Mais bon le jour où j’ai succombé, je ne devais pas être dans mon état normal,  peut être en manque du chant du ticket de caisse… Un problème se posait, au bout d’une bonne demi-heure de fouille efrèné au milieu des rayons, rien à acheter ! Impossible de sortir de ce lieu au combien « gloque » sans un petit article dont les prix sont bien souvent modiques. Alors je termine par le rayon chaussures, heu rayon,  je dirais plutôt ancien meuble de pharmacie ou quelques boites sont rangées. Là je tombe
bouche B devant une superbe boite DKNY marque tant rêvée. Je n’en ai jamais vu d’aussi rigide, le carton est glacé, rouge et blanc. J’ouvre la boite et là je tombe nez à nez avec le papier de soie blanc siglé DKNY, puis le Dustbag. Je me suis dit que ce qui se cachait derrière tous ces sigles ne pouvaient être que de toute beauté. Je suis donc restée aveuglée et n’ai donc pas été choquée par la forme de la chaussure. Mission suivante les essayer, or, dans ce magasin on est bien loin des bancs ou des fauteuils confortables des magasins de luxe. Je dois donc me débrouiller pour trouver une chaise. Chose faite, mais attention la chaise, il s’agit d’une vieille chaise pliante rouge dont l’assise n’est plus du tout à angle droit. Les chaussures me vont, enfin je tiens debout, c’est déjà pas mal quand même ! Mon rêve est réalisé, j’ai un article DKNY, je me relève de la chaise et ma robe se coince dans cette chaise que j’ai toujours connu et qui est aussi vieille que le magasin. Résultat, un bel accroc dans une robe neuve. Je me dirige vers la vieille caisse enregistreuse toute chromée avec ces grosses touches. Je ressorts du magasin avec pour bilan : un accroc à ma robe, une paire de chaussures assez étranges DKNY et une bonne réduction sur un prix déjà dérisoire.  Mais arrivée chez moi mon avis est bien différent. Après un défilé devant mon miroir j’aboutis à la conclusion que ces chaussures ne sont vraiment pas à mon goût. En effet, ces chaussures je les ai depuis 1 an, et elles sont toujours aussi bien rangées et surtout jamais portées !!

43/ L’étole chemin de table

Il y a 2ans, j’étais à Dubai en Aout à 45 degrés (c’est comme si tu étais sous un séche cheveux, je sais pas si t’imagines…) Bref avec mon amour d’amoureux nous avons décidé de faire le « fameux » marché à 12h (l’heure où le soleil tape le plus fort..)… Après avoir faillit m’éttoufer (pas moyen de s’acheter une bouteille d’eau car c’était l’heure de la prière et tout était fermé…et oui Marie Poppins à plus d’un tour dans son sac mais pas dans sa tête (de linotte!!) … nous commençons à faire le marché et je voulais absolument une étole indienne en cashemire, nous faisons plusieurs stands en perdant à peu près 1 litre d’eau par minute… et nous tombons sur le stand spécialisé!! J’en choisis une super jolie, et le marchand nous montre un modèle d’étole qui selon lui est le plus beau… Je me laisse convaincre, mon amoureux négocie pendant à peu près une heure (après on ressemblait à de le ben et jerry’s fondu), je repars avec les fameuses étoles (dont une pour ma maman) contente de moi!!!
Arrivé en France je me pose pas mal de question car je n’arrive pas à voir avec quoi je pourrais bien la mettre… Et un soir une amie vient à la maison… je lui montre mes achats et quand je lui dis que je sais pas comment porter l’étole elle me répond : « C’est normal c’est un chemin de table ! »…


*Je sais bien que la 50 n’existe pas, c’était juste un exemple
**Mentionnez bien ça en objet du mail & non dans le corps de texte, ok??

Anciens articles

  • Mes Adresses à Marseille

    06 avril 2021
  • Ersatz bottes Gia Couture

    16 janvier 2021
  • Séries chéries

    29 novembre 2020
  • Un sac en cuir abordable ??

    03 novembre 2020